Accueillons la lettre du pape François au peuple de Dieu

La lettre du Pape François au Peuple de Dieu

Voici une lettre qui nous impressionne à plusieurs titres.

Le pape reprend les mots du Seigneur à Moïse lorsqu’il Lui dit qu’il a entendu le cri de son peuple esclave en Egypte.
Ainsi le cri des enfants, esclaves de clercs pervers, a été entendu.

Question: est-ce que nous entendons les cris des victimes en tout genre? Sont-ils une priorité pour nous? Les temps passés préféraient le silence à la justice, la réputation des institutions à la défense des personnes .

C’est une conversion qui nous est demandée. Ne jetons pas la pierre à nos prédécesseurs mais nous-mêmes changeons de mentalité!

Autre application impressionnante de la Parole de Dieu: les paroles du Magnificat sont retournées contre des écclesiastiques : « Il disperse les superbes, il renverse les puissants de leurs trônes… renvoie les riches les mains vides ».

Puis le pape demande à tout le saint peuple fidèle de Dieu de réagir d’une manière communautaire en assumant la douleur de ceux qui ont été blessés : il invite à entrer dans une démarche pénitentielle par la prière et le jeûne et à faire preuve de solidarité en luttant contre tout type de corruption, spécialement la corruption spirituelle. Celle ci n’est pas faite simplement d’abus sexuels mais aussi d’abus de conscience et de pouvoir.

Concrètement dans l’Eglise, il revient à tous les baptisés de ne pas accepter le péché du cléricalisme qui se manifeste par une mentalité qui engendre une scission dans le corps ecclésial: les élites et les autres qu’on n’écoute pas.

Ce refus d’une conception déviante de l’autorité dans l’Eglise est l’affaire de tout le peuple de Dieu, en qui l’Esprit-Saint agit de par la grâce baptismale commune à tous.

Voici, pour continuer la réflexion sur ce dernier point, un lien qui l’approfondit : 10 pistes pour sortir du cléricalisme, par Guillaume Goubert, directeur du journal La Croix.

Père Arnaud ADRIEN